Il y a quelques années, j’ai eu l’occasion de rencontrer Brady Boyd, pasteur d’une magnifique église, New Life Church et qui a son propre groupe de louanges, Desperation Band.

Il a écrit le livre Addicted to busy » et il nous met en garde contre un phénomène qui envahit de plus en plus notre société, et chacun de nous, il faut bien l’avouer : addict à l’activité, addict au boulot.

Dans ce livre, il nous donne des outils pour arriver à ralentir, à freiner, jusqu’à savoir s’arrêter.

J’ai été ce genre de personne, so much busy, tout le temps pris ! Je n’ai pas le teeeemps !

  • Trop de choses à faire
  • Trop d’idées
  • Trop de projets
  • Trop de choses à lire
  • Trop de gens à rappeler

Vous n’allez pas le croire, mais on peut devenir vraiment accro de tout ce tourbillon !

Et puis, quand ça se calme – parce qu’à un moment donné, le vent finit par tomber…– eh bien, on n’arrive toujours pas à se calmer !

Addict à l’activité

Oui, c’est vrai, je l’avoue, il m’est arrivé de penser, alors que j’avais décidé de partir en vacances :

Ah ! Super ! Je vais avoir le temps de réfléchir à mes projets ! En plus, j’aurais les idées claires !

Quand on a le cerveau sans cesse en ébullition, comme moi, on risque la crise de manque quand tout se calme d’un coup. “Je suis en manque d’ébullition cérébrale” ! On est programmé pour penser à toute allure, pour faire défiler les pensées, les idées. On cumule les activités, on remplit les agendas, on court sur tous les fronts. On ne peut pas faire autrement que d’aller de l’avant, on est incapable de se mettre en veille, d’appuyer sur “pause”.

Moi, avant, je pensais comme Jean-Marie Gourio : “La meilleure condition de travail, c’est les vacances.” !

Addiction destructive

C’est une attitude qui nous ronge de l’intérieur. On se vide littéralement, on s’épuise car notre cerveau ne se repose jamais. Vous avez certainement entendu dire :

Rien de tel qu’une bonne activité physique pour bien dormir”.

À l’inverse, une suractivité cérébrale m’empêche de me reposer et ruine ma santé. On sombre vite dans l’insomnie, on risque le burn-out.

Le repos forcé est obligatoire !

Quand on est chrétien, on a besoin de comprendre que cette notion de repos a plus d’importance que l’activisme. On a l’exemple biblique de Marthe et Marie (Luc 10:41-42).

Se laisser aller, profiter de l’instant, c’est se mettre en position d’écoute de la voix de Dieu, qu’il nous est impossible de capter quand on est overbooké.

Quand on stoppe tout, on connecte avec Lui et on peut marcher par l’Esprit. On doit prendre conscience, par contre, que rentrer dans cette phase de repos n’est ni inné ni instantané. C’est comme le sommeil, ce n’est pas immédiat, il faut plus ou moins de temps, selon les personnes, pour s’endormir.

Je ne connais personne capable de s’endormir, 3 s après la tête posée sur l’oreiller !

On a besoin de se reposer, de se détendre :

  • Pour communiquer avec Dieu
  • Pour se connecter avec Son esprit
  • Pour profiter de la vie

Ce livre parle de combat,

vous l’aviez compris. Se forcer à lâcher prise pour rentrer dans ce repos si compliqué à atteindre pour la plupart d’entre nous.

Brady Boyd nous explique qu’on ne tend pas naturellement vers le repos et qu’il faut être intentionnel.

Quand je l’ai lu, j’ai pris une grosse claque, et j’ai appris à utiliser peu à peu les outils qu’il propose dans son ouvrage. Des outils plein de sagesse et de conseils que tout leader a besoin de garder sous le coude pour goûter à ce repos.

Pour ceux qui souhaitent approfondir, je vous invite à lire Addicted to busy (il n’existe qu’en anglais).

J’ai créé un compte Amazon : en achetant le livre via ce lien, c’est une manière de soutenir ce que je fais sur le blog !