En tant que consultant j’aime poser des questions, c’est souvent beaucoup plus efficace qu’un enseignement ou une formation. Les questions créent un processus qui nous pousse à devenir moteur de la solution, on réalise qu’en réalité on avait la réponse, ou alors qu’on ne sait pas. Du coup on cherche, et cela nous pousse à nous approprier les réponses. Le pouvoir d’une question bien posée est immense.

Dans cette article je ne vais pas répondre aux questions qu’on se pose quand on veut lancer un projet même si c’est souvent un grand moment d’incertitude. Comment vais-je y arriver ? Quel est le potentiel de mon projet ? Est ce que les gens vont me croire ? Vont-ils acheter ? Comment commencer ?

On est souvent assaillis de questions, le stress ! C’est normal, se lancer dans un nouveau projet ou faire évoluer le projet existant crée de nombreuses incertitudes car il y a beaucoup d’inconnues. Je l’ai souvent répété dans mes articles, mais le seul moyen de faire baisser la pression est de préciser le projet. Plus le projet est flou plus il génère du stress. C’est comme vouloir partir en voyage dans un village au milieu de la brousse africaine sans connaître le chemin à prendre, c’est stressant !
Avec cette serie de question mon but est de vous aider à préciser votre projet, savoir vous analyser et discerner si vous êtes prêt, identifier les domaines qui méritent un approfondissement.

 

1 – Suis-je conscient de mes forces ?
Quand on se lance il est primordial de bien se connaître pour savoir quel rôle on va jouer. Il arrive qu’un projet soit très bon, la stratégie au top, l’équipe aussi, mais le blocage se trouve au niveau de la personne qui n’est pas dans sa zone d’excellence ! Vous pouvez être le meilleur organisateur du monde, mais si votre rôle est de convaincre des gens et que vous n’avez pas de grandes capacités relationnelles, vous risquez d’avoir des soucis.

 

2 – Suis-je conscient de mes faiblesses ?
J’ai entendu une fois un entrepreneur utiliser la loi de Pareto de manière intéressante. Il recommandait de consacrer 80% de son temps dans son domaine d’excellence et 20% dans des domaines où l’on est moins doué, les domaines à faire progresser. Vous avez besoin d’être honnête avec vous même, vous n’êtes peut-être pas le meilleur chanteur, prédicateur, artiste, financier, manager… c’est une bonne nouvelle ! Oui, car cela libère la place à d’autres pour venir vous aider. Vous connaissez l’expression, seul on va vite, à deux on va plus loin ? Connaître et surtout reconnaître ses faiblesses c’est essentiel, cela vous évitera de vous lancer dans des opportunités qui peuvent vous êtes fatales.

 

3 – Pourquoi est-ce que je veux lancer ce projet ? 
Généralement on répond très vite à cette question ! On a une réponse toute faite ! Ce n’est pas la réponse qui m’intéresse, c’est ce qui se passe au plus profond de vous ! La motivation intérieure ? Voulez vous prouver quelque chose ? Impressionner votre père ? Vous souhaitez sortir de votre situation ? Vous n’arrivez pas à être satisfait ? Quand vous êtes au clair avec cette question alors vous êtes inarrêtable !

 

4 – Suis-je convaincu au plus profond de moi en la valeur ajoutée de mon projet au point d’être prêt à demander de l’argent ou du soutien ? 
L’une des raisons pour lesquelles de nombreux projets stagnent, est que le leader n’y croit pas vraiment ! Ce qui est le plus magnétique c’est la foi. Quand une personne à une foi absolue en son projet alors elle est capable de déplacer des montagnes, elle n’aura pas peur de vous revoir dans la rue quelques jours après que vous ayez acheté son produit ou participé à son événement, car elle est convaincue de sa valeur ajoutée. SI vous n’êtes pas convaincu alors patientez ou ne vous attendez pas à un résultat incroyable.
Une bonne manière d’analyser le foi d’une personne en son projet est de voir ce qu’elle a été capable d’investir et de sacrifier. Quand on fait une levée de fond par exemple, les financiers vont analyser la faisabilité, mais surtout qu’est ce que le porteur de projet a investi dedans. On ne peut pas aller demander de l’argent si on n’a pas investi le nôtre !

 

5 – Que suis-je prêt à sacrifier pour que mon projet voie le jour ? 
Jusqu’où êtes-vous prêt à aller ? C’est le niveau d’investissement personnel, de sacrifice et de persévérance qui déterminera votre destination. Généralement le projet ne se passe pas exactement comme on l’avait imaginé, c’est alors notre résilience qui va faire la différence.

 

6 – A quel besoin votre projet répond-il ? 
Cette question mérite vraiment un temps de réflexion et d’analyse. Il existe 2 manières de faire : répondre à un problème ou bien créer un besoin. Vous devez prendre le temps d’analyser en détails les besoins des gens à qui vous vous adressez, l’idéal est de faire un questionnaire, d’appeler des gens qui pourraient devenir vos clients, et de sonder leurs attentes. La bonne illustration c’est la société UBER, elle a très bien analysé sa cible, en proposant de recharger son téléphone dans la voiture, d’avoir de l’eau, la possibilité de choisir sa musique etc…

 

7 – Suis-je crédible dans le domaine de mon projet ?
Il y a toujours des exceptions, on peut développer une nouvelle compétence ou créer quelque chose de complètement nouveau mais cette question reste importante dans la majorité des cas. Si vous n’êtes pas un pro de la mode et que vous voulez lancer une marque de vêtement ce n’est peut-être pas une bonne idée ! La crédibilité se gagne de différentes manières, au travers de votre expérience, votre réseau, votre style, vos exploits, des témoignages ou votre visibilité !

 

8 – Est ce que je connais bien les gens à qui va s’adresser le projet ? 
Il est important de faire une enquête sur ce qu’on appelle « la cible principale », c’est à dire le type de personne qui sera le plus à même de bénéficier de votre projet. Est ce qu’il s’agit de couples mariés ? Avec des enfants ? Habitants d’une grande ville ? Quel type de métier ? Quels besoins ? Leurs habitudes de consommation et autres ? Journaux lus ?

 

9 – Ai-je déjà une base de données de clients potentiels ? 
Il ne suffit pas de connaître sa cible, mais d’avoir, ce que j’appelle, un début de communauté. Avant de vous lancer, focalisez vous sur la création d’une base de donnée, ça va énormément vous aider ! Il peut s’agir d’e-mails, d’adresses, de numéros de téléphone…
L’exemple typique c’est l’artiste. Il va concentrer toute son énergie à faire un album, dépenser des milliers d’euros pour aller en studio, puis, après des mois de travail, il va publier son premier clip en ligne. Résultat : moins de mille vues… tout ça pour ça ? Et oui ! Le monde est vraiment cruel hein ?  🙂
L’une des priorités c’est de bâtir sa communauté, apprendre à la connaître, créer un dialogue, lui proposer une musique après l’autre, prendre des numéros, des e-mails, faire des concerts, connecter… puis, quand elle commence à atteindre une certaine taille, que plusieurs commencent à dire : « J’ai hate d’écouter la prochaine musique ! », alors vous savez que c’est le bon moment.

 

10 – Est ce que mon entourage me soutient ? 
Etes-vous entouré dans cette aventure ? Est ce que votre famille est derrière vous ? Votre communauté ? Vos amis ? Votre conjoint ? Avez vous un mentor ? Des partenaires ? Pour tenir  dans la durée vous allez avoir besoin d’être accompagné, sinon vous allez vous battre sur trop de fronts en même temps. Cela ne veut pas dire que si votre premier entourage ne vous soutient pas, vous ne pouvez pas vous lancer. Mais que vous allez devoir chercher du support ailleurs.

 

11- Et si tout s’effondre, quel est le risque ? 
La question finale, celle qui fait mal… Comment ça se passe si mon projet ne fonctionne pas ? Vais-je être endetté? Comment vais-je m’y prendre ? Ai-je une solution de secours ? Vous devez planifier une porte de sortie, mettre des marqueurs, des indices qui devront vous alerter qu’il est temps de partir car vous perdez votre temps ou bien la situation va se compliquer. Cette question ne doit pas vous effrayer, vous devez la regarder bien droit dans les yeux, cela sera aussi une source de motivation pour affronter vos peurs, car vous n’allez pas vouloir de la porte de sortie !
SI après avoir répondu à toutes ces questions pour vous-même, de manière honnête et plus approfondie que d’habitude, vous êtes toujours motivés par votre projet, alors Go !