Pourquoi les derniers mètres sont les plus longs

mercredi 23 Mar. 2022

Courage, c’est la dernière ligne droite ! J’ai entendu cette phrase des centaines de fois étant enfant, mon père me voyant découragé, fatigué, frustré, prêt à abandonner, il tentait de me re-motiver en me faisant croire que c’était bientôt la fin ! À force, cela ne marchait plus, il ne peut pas y avoir 5 dernières lignes droites 🙂

La fin d’un projet est toujours ce qui prend le plus d’énergie et peut ruiner tous les efforts investis.

  • Tout ranger après un événement.
  • Ramasser les paquets de chips Pringles sauce Barbecue et la multiprise qui traine derrière un canapé.
  • S’assurer qu’il y a bien le favicon sur un site et que tous les liens des boutons marchent bien y compris dans le footer.
  • Regarder pour la trentième fois la vidéo, la 15ème version pour s’assurer que le son est bien synchro avec l’image.
  • Rappeler le client pour s’assurer que le devis a bien été signé avec la preuve du paiement de l’acompte.

Je pourrais faire une longue liste de ces derniers mètres qui nous épuisent.

Ce sont les plus longs parce que nos cerveaux voient déjà le résultat, pas finalisé, mais le plus gros est fait, ils se projettent, et ils commencent déjà à envoyer un message de joie à tout le corps disant : « Bravo, tu as réussi ! », le corps se relâche, il a déjà eu sa récompense. Le genre de personne comme moi pourrait s’arrêter là et passer au prochain sujet, entièrement satisfait.

Mais à force de payer les conséquences de la non-finalisation de mes projets dans les détails, j’ai appris à me donner un coup de fouet pour aller jusqu’au bout.

Être premier sur 90% de la course mais ne pas la finir, ce n’est pas gagner la course !

Faire un magnifique événement mais laisser une salle dans un mauvais état, c’est dégrader son image vis-à-vis du propriétaire, et être sûr de ne plus jamais y retourner, et surtout perdre la moitié de son matériel. Ne pas finaliser la partie légale d’un contrat est la garantie de se retrouver dans de gros problèmes plus tard quand les relations vont se tendre.

Ne pas finaliser la partie légale d’un contrat est la garantie de se retrouver dans de gros problèmes plus tard quand les relations vont se tendre.

C’est aussi passer à côté de la possibilité de faire une magnifique impression, ce que les américains appellent over-delivery, ce qui veut dire délivrer plus que ce qui était attendu. Je me souviens d’un artiste qui m’expliquait que le chant le plus important était le dernier, celui que toute la salle allait retenir. C’est la dernière impression qu’il laisse. Pour ma part c’est un combat au quotidien de me faire violence pour aller au bout d’un projet et le finaliser avec brio.

Je remarque qu’il arrive souvent qu’un projet avance à une vitesse incroyable, mais que le retard s’accumule sur les 5 derniers %.

C’est la même chose à titre personnel : un super week-end en famille qui se finit mal parce que le voyage du retour n’a pas été anticipé et les enfants vont crier dans la voiture, malgré la musique classique de France Culture qui tourne en boucle, générant une grosse frustration dans le couple et un goût amer alors que le séjour s’est bien déroulé.

Je fais partie de ces gens qui voient toujours le positif et qui se lancent avant de calculer et planifier. Heureusement je suis entouré de supers finisseurs, mais pour éviter de les frustrer j’ai appris à intégrer dans mes projets la discussion sur la partie finale d’un projet.

En tant que leader, chef, vous avez la responsabilité de délivrer le projet à 100%, idéalement 110% et pour cela, ne négligeons pas les derniers mètres.

Il peut arriver de galérer à ce sujet, mais profitons de ce genre de situation pour tirer des leçons afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs.

Articles recommandés