Souvent, en tant qu’entrepreneur, on veut atteindre rapidement les sommets :

  • évoluer
  • voir notre chiffre d’affaire augmenter
  • avoir plus de monde dans nos événements
  • gérer des équipes plus grandes
  • être plus visible et impacter plus largement

Ce qui a changé avec la venue d’internet, c’est qu’on peut avoir accès à de nombreux conseils en leadership.

Le savoir est à portée de main, mais cela peut créer rapidement une illusion. Quand on découvre les success story des startup ou d’organisations qui vivent des croissances fulgurantes, ça nous fait rêver.

J’aime parler avec de nouveaux leaders et entrepreneurs, surtout quand ils rêvent grand. Mais bien souvent, ils se retrouvent face à un mur et à une croissance loin de leurs attentes… Cela génère de la frustration et de grosses remises en question.
En réalité, il existe 2 ingrédients pour voir son organisation grandir et qui ne peuvent s’apprendre qu’avec le temps. Il faut s’armer de patience et de courage !

1ère clé gagnante : la fidélité

“Être fidèle à soi-même, persévérer dans sa volonté,
c’est là le caractère et la dignité.”
(Henri-Frédéric Amiel)

On a tous tendance à croire que le savoir-faire et les compétences font la différence dans le monde du travail, où l’on se heurte à une rude concurrence. J’ai appris durant ces 10 années d’activités qu’il n’était pas seulement question de connaissances.
Alors que, comme beaucoup, on aspire à grandir, à plus de succès dans nos entreprises, on se retrouve parfois confrontés à nos faiblesses, les domaines où l’on n’est pas franchement bon…
Cela ne doit pas nous déstabiliser pour autant car on peut facilement s’améliorer, quand on le décide, afin d’atteindre nos objectifs.

“C’est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose,
je te confierai beaucoup.”
(La Bible / Matthieu 25:21)

C’est en écoutant un ami entrepreneur à succès me raconter ses défis que j’ai compris ce verset. Il me confiait la complexité de son monde avec un fonctionnement qui dépassait ma compréhension. Rien que pour gérer sa maison, il emploie une dizaine de personnes, et il m’a expliqué que chaque croissance de son entreprise était précédée par sa capacité à mieux gérer de petites choses, comme son budget, ses dépenses, la motivation de son équipe, la propreté de ses locaux, la satisfaction de ses clients…

On veut souvent atteindre rapidement les sommets, mais on ne réalise pas combien nous ne sommes pas prêts. Dieu nous fait grandir de manière organique pour que nous puissions apprendre durant le processus. Un enfant, lorsqu’il grandit trop rapidement, rencontre des problèmes de peau et souffre de douleurs aux os et aux muscles. On parle d’acromégalie, lorsque les cartilages ne sont pas encore soudés. Il en est de même pour notre croissance en tant que leader : évitons de faire notre apprentissage dans des situations catastrophiques.

De mon côté, j’ai appris cette leçon à la dure.

En l’espace de 18 mois, notre équipe a triplé : nous sommes passés de 4 à 12 personnes. Cela a représenté un énorme challenge, surtout que durant cette période, nous étions seuls et sans accompagnement. Frustration des équipes et des clients, mauvaise gestion, cette période a été compliquée ! Une fois au fond du trou, nous sommes allés chercher de l’aide et avons été bien accompagnés. Nous avons dû réduire la voilure pour mieux grandir. Aujourd’hui, nous avons appris cette réalité et le résultat est très différent. Nous sommes prêt à gérer plus.

En résumé, avant de vouloir atteindre de grands objectifs et si on commençait par de plus petits ?
On doit faire le tour des domaines où l’on doit s’améliorer puis prendre la décision d’y remédier progressivement.

Et vous, quels sont les aspects à revoir dans votre activité ?

  • Répondre aux mails ?
  • Ecouter vos messages et rappeler ?
  • Lire vos sms et être plus réactif ?
  • Tenir les délais ?

Si on met un point d’honneur à être fidèle dans les petites choses, alors on inspirera immanquablement la confiance des autres et on connaîtra l’agréable satisfaction de diriger des projets plus ambitieux.

Quand on débute en freelance, comme cela a été mon cas, on peut rester réactif, disponible et accessible à l’inverse des professionnels plus expérimentés qui ont davantage de cadres que la plupart des indépendants.

  • On arrive à répondre immédiatement
  • On travaille chez soi, alors les heures comptent peu
  • On assure dans les délais
  • On pose des rdv à toute heure

Après, quand on grimpe les échelons, le principal est de rester fidèle aux premières impressions qu’on a eues de nous. Le danger est de ne pas parvenir à grandir, à franchir des caps plus importants si on n’est pas capable d’assumer de plus modestes. Surestimer ses capacités peut nous coûter de gros challenges !

2ème clé gagnante : la persévérance

“Ayez la volonté et la persévérance, et vous ferez des merveilles”
(Benjamin Franklin)

Alors que je venais de créer mon agence, il me fallait trouver des clients, me faire connaître et signer des projets. J’ai donc décidé chaque année pendant 3 ans, de participer au même salon chrétien. Quand je préparais mon stand à côté d’autres organisations reconnues et expérimentées, j’avais conscience des regards inquisiteurs qu’on me jetait, limite sceptiques car je ne jouais pas vraiment avec les mêmes cartes que tous ces professionnels. En effet, ils étaient déjà implantés, leur réputation n’était plus à faire alors que moi, j’avais tout à construire. Bref, je n’étais pas du tout crédible, du moins pas encore.

L’année suivante, j’ai recommencé, puis l’autre année encore, jusqu’à ce que certaines personnes, curieuses et étonnées de me trouver encore là, s’approchent de moi : “Tiens, il est encore là, lui ?!”

Parce que j’ai fait preuve de ténacité, j’ai soulevé l’intérêt
alors que jusque là je ne récoltais que l’indifférence.

Mon projet de création d’entreprise n’a pas été tout simplement un feu de paille, qui une fois embrasé, ne laisse que de maigres cendres. Non, j’ai pris conscience de cette dure réalité que certains d’entre nous nomment l’épreuve du feu ou le test de sa résistance.
Résister à l’épreuve du temps a été, pour ma part, l’un des plus gros défis dans le lancement de mon affaire.

“La persévérance est la noblesse de l’obstination”
(Adrien Decourcelle)

Tenir dans la durée, persévérer, ne pas se décourager, ne pas baisser les bras devant le succès des autres a été la bonne attitude qui m’a permis de rester sur la place.

Dans l’entreprenariat, quel que soit notre projet, le temps est facteur de persévérance.

N’oublions pas que les petites missions nous mènent tout droit vers de plus grandes !

Ces 2 clés ne sont pas toujours évidentes à s’approprier, mais elles ont le mérite d’être efficaces, d’autant plus qu’elles se vérifient dans n’importe quel domaine de notre vie, dès lors qu’on se fixe un ou plusieurs objectifs.
Entreprenariat, santé, sport, relations… ces 2 clés ouvrent à toutes les possibilités !

Quelle est la clé sur laquelle vous avez besoin de persévérer avec fidélité ?!