Il y a dans notre vie les leaders qu’on décide de choisir et ceux qui nous sont imposés.
Nos parents sont par exemple pendant 18 ans de notre vie nos principaux leaders, on suit leurs enseignements, leurs directives… puis quand on rentre dans la vie active on commence à devoir faire nos premiers choix : est ce que je vais dans telle ou telle église ? Je suis tel ou tel leader ? Est-ce que je veux ce patron ? M’investir dans cette association ? Est-ce que cette personne va devenir mon mentor ? Mon coach ?
Un leader est là pour faire progresser une organisation, une structure au travers la progression de son équipe. Un leader gagne quand son équipe gagne. On dit souvent que la différence entre un manager et un leader, c’est qu’un manager réalise un projet alors qu’un leader aide son équipe à se réaliser en accomplissant un projet.
J’ai souvent pris mes décisions en fonction du leader qui était en place. Je crois beaucoup dans la phase de John Maxwell, « everything rise and fall with leadership », tout peut s’envoler ou s’effondrer par le leader. Autrement le leader est l’indicateur pour savoir si vous êtes au bon endroit, que vous allez progresser ou non.
Voici plusieurs questions pour vous aider pour analyser un leader :

+ A-t-il un intérêt pour moi ?

Est ce que je suis un outil ou une personne ? La réalité, c’est qu’un leader est bien souvent focus sur la réalisation de la vision qu’il a reçu. La vision est au service des gens et pas l’inverse.
Le piège dans lequel il ne faut pas non plus tomber est de croire que le leader numéro 1 doit être mon meilleur ami, dans les grandes structures il est rare d’avoir accès aux top leaders, néanmoins les leaders accessibles sont le reflet de la culture du numéro 1. Est ce qu’il a un réel intérêt pour vous, votre vie, votre parcours ou vous n’êtes qu’un outil ?

+ Est-ce que je me sens authentique  ?

Pour grandir il faut savoir être authentique, savoir partager ses doutes, ses défis, ses échecs sans avoir peur de se sentir rejeté, mis de côté. Cela semble évident, mais pour avoir visité des centaines d’organisations et discuté avec de nombreux leaders ce n’est pas une évidence.
Si ce n’est pas le cas, on rentre dans un jeu de rôle de qui sera le plus spirituel, intelligent, parfait… rien de pire, on meurt à petit feu avec une attitude comme ça.
Le bon moyen pour savoir si vous êtes au bon endroit est d’écouter les discussions : est-ce qu’il y a un décalage entre ce qui est dit et vécu, est ce qu’il y a des sujets tabou, des attitudes qui ne semblent pas authentiques, est ce que vos leaders savent parler de leurs échecs ou cultivent-ils le rôle du leader fort qui maitrise ?

+ A-t-il une vrai vie en dehors de son organisation ?

Il existe de supers leaders, qui savent vous enflammer sur une vision, vous mettre en mouvement, mais ils ne savent pas débrancher. Quand vous avez fait le tour du sujet il y a de gros blancs… vous avez l’impression que leur vie, c’est l’organisation et qu’il n’y a rien d’autres. En restant là, vous allez forcement être encouragé à suivre leur exemple.
J’apprécie les leaders qui savent aimer la vie, en profiter à fond, prendre des vacances, célébrer, rire, partager des instants simple, parler d’un bon film, d’une bonne bouteille de vin. La vie est faite pour être partagée.

+ Est ce que je me sens rabaissé ou élevé ?

Certain leaders, de part leur attitude vous élèvent, vous encouragent, vous motivent à avancer, d’autres au contraire vous font sentir mal, vous vous sentez incapable, pas au niveau. Ils grandissent en vous montrant tout ce qu’ils savent pour mieux vous montrer à quel point vous êtes loin du but.
Cela ne veut pas dire qu’un leader ne doit pas savoir reprendre, corriger, avec des discussions difficiles, confronter, mais toujours dans un but de redresser le tir, par amour, pour vous élever.

+ Comment il parle des autres

C’est très important de voir comment il parle d’autres leaders, de la concurrence, est ce qu’il les rabaissent, les critique ouvertement, ou plutôt exprime son point de vue différent tout en restant respectueux ?
La vie n’est ni une guerre, ni une compétition mais un combat avec soi même. Regardons d’abord la paille qu’il y a dans notre oeil avant de pointer du doigt celle dans celle de notre voisin.

+  Ses priorités famille & travail

C’est le test ultime, quelle est la place de sa famille dans sa vie ?
Cela ne veut pas dire que tout doit être parfait, la vie est faite de saison, mais je veux plutôt parler des priorités. Est ce qu’il est prêt a annuler a plusieurs reprises une sortie en couple pour une réunion, sauter les vacances pour bosser ?
Je crois que le temps des leaders qui brulent tout pour accomplir la vision est fini, on cherche une approche holistique du leadership.
C’est d’ailleurs pour ça que j’organise avec Leaders Chrétiens un boot camp sur les différents aspect du leadershiphttp://bootcamp.leaderschretiens.com/ ).
La bible nous encourage a être avant tout le leader de notre famille.

+ Est ce qu’il a le syndrome du leader 24h sur 24 ?

Est ce qu’il sait sortir de son rôle de leader, avoir des amis en dehors de son organisation, est ce qu’il a lui aussi des leaders pour l’aider à progresser, grandir ?
Pour explorer le sujet, je vous invite à lire cet article.
Un leader reste un homme ou une femme comme tout le monde, avec ses défis, ses défauts. Je crois qu’il est important de bien choisir à qui on donne une l’influence dans notre vie, on sera alors mieux capable de surmonter les moments difficiles du aux erreurs de nos leaders mais aussi mieux profiter de leur force, grandir dans notre appel et servir une cause qui nous dépasse.
Si vous êtes un leader et que vous sentez que vous devez progresser dans l’un de ces domaines, je vous propose de télécharger le résumé du livre de John Maxwell : les 5 niveaux du leadership.
Si vous souhaitez aller plus loin, j’organise aussi un Boot camp avec les leaders qui ont eu une énorme influence dans ma vie, dans ma santé, mes pensées, mon leadership, ma motivation, mon développement personnel, mon organisation.